Rencontre avec l’Irlandais

Il y a quelques mois j’avais eu affaire au téléphone avec un individu de sexe masculin que je m’imaginais petit, bedonnant, vieux. Et moche cela va sans dire. Le type de gars qui te prend en plus direct pour une nouille parce qu’il a vu ton profil viadeo et que tu fais bien plus jeune sur ta photo malgré une trentaine déjà entamée.

Moi « je crois que une feuille A4 à imprimer juste pour une invitation ça fait beaucoup »

Lui « Non vous avez juste à transmettre les documents, pas à les imprimer vous-même !»

Tu vois le genre. Le communiquant old school, pas du tout branché web toussa.

Evidemment le jour J c’est tout une histoire pour arriver à se donner une heure et un point de rendez-vous. J’arrive par le train lui a des « tas de trucs à gérer ».

La rencontre ? Un grand gaillard irlandais, qui se déplie d’une C1. Barbe naissante, de la présence, les yeux rieurs, du charme en veux-tu en voilà.

Arf je n’étais pas préparée à ça !

Kevin mcKidd alias Dr Owen Hunt  greys anatomy

Et le courant fait plus que passer.

Note au passage que je suis une pauvre gourdasse qui n’entend que d’une oreille que l’Irlandais a un gosse en bas âge et une « c’est la mère de mon fils ! » qui va avec.

Les échanges de texto dignes d’adolescent suivent très rapidement. Un genre de préliminaires culinaires, me demandez pas pourquoi.


Mais la conversation parallèle avec ma copine est bien poétique !


Puis pour clôturer le week-end, un petit déjeuner sur les quais le dimanche matin, promenade, papotage…. pis rien de plus on se quitte comme ça. Un bisou. Sur la joue.

(Reste sur ta faim ma pauvre pintade)

Sauf que.

C’est le genre à te dire quand tu es dans le train qu’il aurait bien aimé poser le petit dej au pied de ton lit. Bien sur il est bien plus facile d’assumer et de fanfaronner quand quelques centaines de kilomètres te sépare de l’objet du délit manqué…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *